Des citations sur la Sexualité chez les musulmans

Publié le par cogitophilos

 

 

Des citations  sur la  Sexualité chez les musulmans 

sexe-arabe.JPG

« Pour plaire aux femmes, les membres virils doivent avoir en longueur, au plus, douze travers de doigt, c’est-à-dire trois poignées et, au moins, six travers de doigt ou une poignée et demie [...] L’homme dont le membre reste au-dessous de deux poignées ne peut être agréable aux femmes. »

Cheikh Nefzaoui (In « Prairie parfumée », traduction Baron R.)


« Le bien-aimé qui est mien
A force de me fuir devient
Plus désirable.
Image il l’est tout entier
Et tout ce que tes yeux auraient vu de lui
Sera une image
Il en est de même des perles
Un jeune garçon ignore
Laquelle dans le regard est la plus éblouissante. »

Abu Nuwas (vers 757-vers 815) (Trad. Martino et Bey Saroit.)


« Que la tunique qui frôle ses seins, et ses flancs
Touche son ventre, mais découvre le dos.
Lorsque la brise du soir se met à frissonner
Toutes les envieuses jalousent alors ses charmes cachés. »

Umar Ibn Abi Rabi’a (644-719) (Traduction Malek Chebel.) © Fayard


« Ô lapins de toutes les couleurs et de toutes les variétés entre les cuisses des adolescentes filles de rois ! Vous étiez gras, vous étiez ronds, vous étiez dodus, vous étiez blancs, vous étiez comme des dômes, vous étiez gros, vous étiez voûtés, vous étiez hauts, vous étiez unis, vous étiez bombés, vous étiez fermés, vous étiez intacts, vous étiez comme des trônes, vous étiez comme des nids, vous étiez sans oreilles, vous étiez chauds, vous étiez comme des tentes, vous étiez sans poils, vous aviez des museaux, vous étiez fendus, vous étiez sensibles, vous étiez des gouffres, vous étiez secs, vous étiez excellents... »

 « Les mille et une nuits » (Xe siècle) 
(« Les aventures de Hassan al-Basri », traduction Joseph-Charles Mardrus.)


« Avancez votre main : gras et saillant,
Son sexe généreux emplira toute votre main.
Mais le but est profond ; il est élevé ; il sent bon.
Si vous parvenez à atteindre ce but, votre arme
En se retirant, glissera sur des parois demeurées sèches.
Et pour extraire cette arme vous devrez vous arc-bouter
Tel l’enfant qui puise l’eau du puits. »

Nabigha Dubyani (VIe siècle) 
(In Martino/Bey Saroit, « Anthologie de l’amour arabe ».)

La suite _ bientôt 

cogito AZEDDINE

cogitophilos@hotmail.com

Publié dans Sexualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article