Équilibre et Déséquilibre entre PLAISIR et DÉSIR SEXUELS

Publié le par cogitophilos

 

Équilibre et Déséquilibre 
entre
PLAISIR et  DÉSIR SEXUELS

atelier-du-merle.jpg

En effet, la nature nous a doté de substances chimiques, les neuromédiateurs, circulant dans notre cerveau afin de nous permettre de ressentir désir et plaisir. Pourtant, il semble que l'autorisation de parler du plaisir et du désir, même et surtout dans l'intimité du couple, ne nous a pas toujours été donnée. Plaisir et désir sexuels sont souvent des énigmes, voire des tabous.

Entre désir et plaisir, des mécanismes neurologiques différents

mst.jpg


Les découvertes récentes des neurosciences nous aident à mieux comprendre les différences entre le plaisir et le désir, dont les mécanismes neurologiques semblent très différents. « Sous l'effet du désir, le regard est concentré, le corps tendu, le ventre serré et l'attente presque douloureuse. Sous celui du plaisir, les muscles se relâchent, le corps s'abandonne, le regard devient flou, le temps se dilue ». Cette description est celle du Pr David Servan-Schreiber, psychiatre aux Etats-Unis .....


La dopamine, hormones du désir. Les endorphines, hormones du plaisir
1.jpg

Le Pr David Servan-Schreiber explique plus loin que la dopamine est « le transmetteur chimique du cerveau qui est le carburant de l'action : l'afflux de dopamine induit en effet un état d'activation du corps et de l'esprit qui prépare à agir ». La montée du désir serait donc provoquée par une bouffée de dopamine dont la libération procure une sensation d'énergie et de puissance qui permet alors de s'imposer aux autres et d'obtenir ces « objets du désir » que le partenaire sexuel incarne.Les endorphines sont des petites molécules, sécrétées par le cerveau et leur effet ressemble à celui de l'opium, « elles induisent calme et plénitude, un sentiment de satisfaction avec l'état des choses… d'où le désir est absent ».

Une harmonie souvent rompue entre désir et plaisir


sexualite-et-medication.jpg

David Servan-Schreiber émet l'hypothèse que « ce qui complique tout, c'est le bouleversement de l'équilibre entre ces deux systèmes par les stimulations artificielles. Drogue, pornographie, cigarette ou crème glacée court-circuitent en effet l'harmonie entre désir et plaisir ». Le résultat serait donc une hyperstimulation du désir alors que la possibilité d'accéder au plaisir diminue. Un « gouffre » entre plaisir et désir serait donc en train de se créer. Selon lui, l'équilibre entre désir et plaisir reste l'une des grandes clés de l'équilibre émotionnel.
cogito AZEDDINE

cogitophilos@hotmail.com

Publié dans Sexualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article