L’orgasme chez la Femme et chez l'Homme ...!!! C'est quoi...????

Publié le par cogito AZEDDINE

 

 

L’orgasme chez la Femme et chez l'Homme ...!!! 
C'est quoi...????

122574017786.jpg

Toute course à l’orgasme
est inexorablement perdue d’avance…

Ce n’est pas vous qui cherchez l’orgasme,
c’est l’orgasme qui vous trouve !

6563_pardon5.jpg

L’homme et la femme ont de multiples capacités orgasmiques.

L’être humain étant unique, on peut conclure aisément qu’il y a autant de formes d’orgasmes que d’individus sur cette terre !
Et ce n’est pas tout, car pour chaque individu, les sensations orgasmiques peuvent varier d’un orgasme à l’autre.
Conclusion : 1×10×100×1000×10000… orgasmes…

On constate que les femmes qui n’ont jamais eu d’orgasme :
Soit sont dans le doute et ne savent pas trop le définir.
Soit sont parfaitement sûres d’elles pour reconnaître qu’elles ne l’ont jamais rencontré, dans ce cas, elles n’y accordent que peu d’intérêt.
En revanche, celles qui connaissent l’orgasme ne s’y trompent pas, c’est comme une forme d’instinct, il n’y a absolument aucun doute sur la question !

Pour les hommes la situation est à la fois plus simple et plus complexe puisque 99 % des hommes assimilent l’orgasme à l’éjaculation ! Ils se privent de ce fait d’autres formes d’orgasmes liés à la sexualité masculine.


Comment définir l’orgasme ?

De nombreuses sensations, différentes pour chacun (e), peuvent l’accompagner.
On  peut donner quelques exemples :

Une sensation de chaleur partant des organes génitaux, qui ne tarde pas à se transmettre aux autres zones érogènes et envahit le corps tout entier, on n’est pas loin du bain de vapeur ou du sauna et l’on se fond dans l’eau de l’autre.

La respiration s’accélère, des convulsions ébranlent les zones génitales et l’organisme tout entier et vous font carrément perdre la maîtrise de la situation, vous lâchez prise et êtes propulsé dans un autre monde, un monde sans limites (monde intérieur pour certains, monde extérieur pour d’autres…) qui échappe à l’espace et au temps, ou même le mot plaisir n’est plus adapté à la situation !

Des borborygmes distincts (ouiiii, ouiiii, ouiiii…), ou indistincts (humhumhummmm…) sortent de votre gorge sans votre autorisation et tombent dans les oreilles de vos voisins…

On peut aussi être submergé par une sensation complètement fusionnelle avec son partenaire, à tel point qu’on ne sait plus qui est qui ? Pas facile de s’y retrouver, à ce stade, entre sa féminité ou sa masculinité, de toute façon, au point ou on en est, on s’en fout !

L’orgasme au féminin

Il se décline en 5 points

L’orgasme clitoridien

L’orgasme vaginal

L’orgasme utérin

L’orgasme  par le point G

L’orgasme multiple


1. L’orgasme clitoridien

C’est l’orgasme le  plus fréquemment rencontré chez les femmes.

Normal, c’est comme cela que les filles découvrent la sexualité à l’adolescence, souvent par frottements (drap, couverture, coussin, nounours, ou tout simplement croisement des jambes).

L’orgasme clitoridien appartient à ce qu'on appelle la sexualité personnelle qui se manifeste concrètement à l’adolescence et qui peut se prolonger dans la vie sexuelle adulte seule ou avec un partenaire.
2. L’orgasme vaginal

Il peut se manifester lors de  la pénétration du vagin.

Pour accéder à cet orgasme, la jeune fille doit franchir un stade de sa maturation sexuelle : passer de la sexualité solitaire (stimulation clitoridienne) à la sexualité de partage (stimulation vaginale) concrétisée par la pénétration de son partenaire (un engagement qui peut conduire à la fécondation qui implique de devenir maman, c’est une étape importante à franchir…).

L’utérus connaît aussi des contractions lors de la pénétration vaginale.

3. L’orgasme utérin

Il peut s’activer par la stimulation de l’utérus grâce à la pénétration vaginale.

En général, l’orgasme utérin se manifeste après avoir ressenti plusieurs orgasmes vaginaux lors du même rapport sexuel.

Les contractions vaginales qui se produisent pendant les orgasmes vaginaux vont peu à peu gagner l’utérus et le faire vibrer.

Les femmes qui le connaissent le décrivent comme une sensation de bien-être qui envahit le corps tout entier leur permettant de s’abandonner totalement à leur partenaire.

Il marque la fin du rapport sexuel par un sentiment de satiété qui renforce puissamment le sentiment amoureux.

4. L’orgasme par le point G

Il se déclenche plus facilement par l’introduction de doigts que par un sexe masculin ou un god.

En effet le point G chez la femme est une zone hypersensible qui se situe environ entre 2 à 5 cm après l’entrée du vagin vers l’avant.

Seuls les doigts (les vôtres ou ceux de votre partenaire) offrent la souplesse d’adaptation pour le découvrir et le stimuler.

Il faut avoir la détermination d’aller le chercher, de le trouver et la patience de le stimuler. En effet, le point G nécessite une stimulation de longue durée.
5. L’orgasme multiple

C’est la combinaison de l’orgasme clitoridien, vaginal et par le point G, tout cela en même temps, s’il vous plaît !

L’orgasme au masculin

Il se décline en 5 points

L’éjaculation

L’orgasme sans éjaculation

L’orgasme par le point G

L’orgasme par contraction des muscles du périnée

L’orgasme multiple

 
1. L’orgasme par l’éjaculation

Il n’a pas franchement besoin d’être explicité, pratiquement tous les hommes connaissent !

2. L’orgasme sans éjaculation

Il est caractérisé par la capacité de l’homme à différer son éjaculation.

Pour cela il faut identifier le point de non-retour (point au-delà duquel l’éjaculation ne peut plus être maîtrisée).

Différer son éjaculation plusieurs fois de suite va permettre à l’homme d’atteindre un orgasme ou plusieurs d’autant plus intenses qu’il pourra accompagner les multiples orgasmes de sa partenaire.
 
3. L’orgasme par le point G.

Eh oui, les hommes ont aussi leur point G. Il peut être stimulé par l’extérieur, il se situe à mi-chemin entre l’anus et le scrotum, pour le trouver il faut parcourir cette zone jusqu’à rencontrer une petite concavité.

Comme pour le point G féminin une stimulation de longue durée est nécessaire (patience, patience !)

Il peut aussi être stimulé par l’intérieur, là les sensations sont franchement démultipliées !

Il suffit d’introduire un doigt (le votre ou celui de votre partenaire) pour atteindre un point qui se situe, comme pour le point G chez la femme, à environ entre 2 à 5 cm après l’entrée de l’anus vers l’avant, et là encore la patience est de rigueur, ce point G demande une stimulation de longue durée et beaucoup de détente.

Le point G chez l’homme correspond en réalité à une stimulation indirecte de la prostate.

A ce stade, il me faut introduire (si j’ose dire) une précision : on rencontre deux catégories d’hommes :

Ceux qui refusent de près ou de loin toute approche de pénétration anale (style : « on n’est pas  des enc…. ! »)

Ceux pour qui la pénétration anale peut être un champ d’investigation de plaisir sexuel, (c’est souvent une femme qui leur fait découvrir ce plaisir), seule cette catégorie d’hommes sera réceptive au point G masculin.

Une petite remarque au passage :  les filles adorent inverser les tendances et varier les plaisirs !

4. L’orgasme par contraction des muscles du périnée

Il est facilement accessible pour les hommes à condition de respecter ces quelques recommandations :

Identifier les muscles situés au niveau du périnée.

Pour cela  il suffit, au moment d’uriner, de bloquer la miction, là vous activez les muscles du périnée.

Une fois ces muscles identifiés, vous pouvez ensuite reproduire ce blocage indépendamment de la miction.

Vous pouvez le faire seul, vous pouvez également le pratiquer lors d’un rapport sexuel.

Vous ressentirez des frissons qui montent le long de la colonne vertébrale, irradiant le corps tout entier, jusqu’à la tête qui va s’illuminer, c’est aussi ça l’orgasme !

Il faut noter que cette activation des muscles périnéens, outre le plaisir qu’elle procure, permet aussi de différer l’éjaculation. L’art de joindre l’utile à l’agréable.

5. L’orgasme multiple

Chez l’homme, il est possible s’il peut se laisser aller… à sa féminité !

cogito AZEDDINE

cogitophilos@hotmail.com

Publié dans Sexualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article