Le Despotisme en philosophie

Publié le par cogitophilos

 

Le Despotisme en philosophie 


images-copie-2.jpg


Définition du despotisme


Etymologie : du grec despotês, maître.

Le despotisme est la forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté est exercée par une autorité unique (une seule personne ou un groupe restreint) qui dispose d'un pouvoir absolu. Le despotisme implique souvent un pouvoir autoritaire, arbitraire, oppressif, tyrannique, sur tous ceux qui lui sont soumis. 

Le despotisme est l'une des trois formes de gouvernement (avec la république et la monarchie) que Montesquieu distingue dans "L'esprit des lois". Pour lui le despotisme, qui est le mal absolu, est le pouvoir d'un seul homme, sans règle, si ce n'est celle de son bon plaisir, pouvoir fondé sur la crainte. Le philosophe en déduit la nécessité de la séparation des pouvoirs afin d'éviter le despotisme et de préserver la liberté.

Formes de gouvernement pouvant être considérées comme despotiques :

Autocratie

Dictature

Empire

Fascisme

Junte militaire

Monarchie absolue

Oligarchie

Totalitarisme

Le despotisme éclairé

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, plusieurs souverains européens, tout en conservant le pouvoir absolu, se sont inspirés des principes de la raison et des théories politiques des philosophes des "Lumières". Certains rois ont même fait appel à eux comme conseillers. Ce fut, par exemple, le cas de Frédéric II, roi de Prusse, avec Voltaire et de Catherine II de Russie avec Diderot. Cependant les philosophes perdirent vite leurs illusions, voyant qu'il ne s'agissait que de raison d'Etat, de cynisme et d'autoritarisme. C'est la société toute entière qu'il fallait convaincre et pas seulement le prince.
Le despotisme éclairé prit fin à partir de 1789, lorsque les souverains constatèrent les excès de la Révolution française qu'ils attribuèrent à l'esprit philosophique des Lumières.
photo_1300469313121-1-0.jpg

  Quelques citations sur le Despotisme 

"Il est remarquable que l'amour de la liberté suppose une haute idée de l'homme, et,
en effet, l'argument le plus fort du despote est que les hommes font les fous dès qu'ils
se sentent libres. C'est donc une chance rare pour vous, leur dit-on, d'être bien
bâtonnés. Ce que j'admire, c'est qu'ils semblent quelquefois le croire."
 
Emile Chartier, dit Alain - 1868-1951 - Propos - 12 octobre 1935


"Le despotisme anonyme d'une oligarchie est quelquefois aussi effroyable et plus
difficile à renverser que le pouvoir personnel aux mains d'un bandit."

Arthur Arnould - 1833-1895 - L'Etat et la révolution, 1981


"La révolution n'est pas la révolution lorsqu'elle agit en despote et lorsque, au lieu de
provoquer la liberté dans les masses, elle provoque la réaction en leur sein."

Mikhaïl Bakounine - 1814-1876 - La Liberté


"Dictateur. Chef d'une nation qui préfère la pestilence du despotisme à la plaie de
l'anarchie."


Ambrose Gwinett Bierce - 1842-1914 - Le Dictionnaire du Diable - 1906


"Rien ne paraît plus surprenant à ceux qui contemplent les choses humaines d'un

oeil philosophique, que de voir la facilité avec laquelle le grand nombre est gouverné
par le petit, et l'humble soumission avec laquelle les hommes sacrifient leurs
sentiments et leurs penchants à ceux de leurs chefs. Quelle est la cause de cette
merveille ? Ce n'est pas la force ; les sujets sont toujours les plus forts. Ce ne peut
donc être que l'opinion. C'est sur l'opinion que tout gouvernement est fondé, le plus
despotique et le plus militaire aussi bien que le plus populaire et le plus libre."


David Hume - 1711-1776 - Essais politiques


"Plus tard, on les contemplera comme des monuments d'illogisme, ces démocrates
qui, au lendemain de la déclaration fameuse, [.] prétendent sacrifier à une conception
dogmatique de la moitié de l'humanité, absorber la femme dans la famille et bâtir une
fiction de plus sur ce prétexte usé de tous ces despotismes : l'ordre. Quatre-vingts
ans se sont écoulés depuis l'inauguration du droit humain, et c'est encore une
nouveauté presque bizarre que de revendiquer la justice pour la femme, courbée
depuis le commencement du monde sous un double joug, dans l'esclavage
doublement esclave, esclave toujours au sein de la famille libre, et maintenant encore,
dans nos civilisations, privée de toute initiative, de tout essor, livrée, soit aux
dépravations de l'oisiveté, soit à celle de la misère, et partout soumise aux effets
démoralisants du honteux mélange de la dépendance et de l'amour..."

André Léo - 1824-1900 - La Femme et les Moeurs, 1869


"La raison pourquoi la plupart des gouvernements de la Terre sont despotiques, c'est
que cela se fait tout seul. Mais, pour des gouvernements modérés, il faut combiner,
tempérer les puissances ; savoir ce qu'on donne à l'un, ce qui reste à l'autre ; enfin il
faut un système, c'est-à-dire une convention de plusieurs et une discussion d'intérêts.
Le gouvernement despotique est uniforme partout : il saute aux yeux."

Montesquieu - 1689-1755 - Mes pensées

La suite - Bientôt 
cogito AZEDDINE

cogitophilos@hotmail.com

Publié dans Philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article