Lesbianisme au Maroc

Publié le par cogito AZEDDINE

 

 

Lesbianisme au Maroc

 

 

cogito AZEDDINE

cogitophilos@hotmail.com

 

310779_105199116259664_100003087295307_42293_520074432_n.jpg 

 27785_1267987415049_1090713738_30594872_2183542_n.jpg

lesb-femme-nick-femme.jpg

Cet article va etre publier progressivement


27087_100329336671877_100000844325708_7522_5899188_n.jpg

 

Relations lesbiennes; psycho-médicale


26637_100405953331107_100000851078418_8869_4198880-copie-1.jpg


 

L’identité Lesbienne

 

lesbxxxxxxxxxxxxxxxxxxx-copie-1.jpg

On observe facilement parmi la population lesbienne une divergence entre le genre ( le sexe selon le rôle social ) et les apparences. L'identité du genre est en   relation avec le confort de la femme avec elle-même en tant qu’une personne féminine, sa capacité à s’identifier et se comparer avec les autres femmes, l'ampleur de son liberté de choix concernant les activités féminines.

260082_204343182942631_100001008520528_547697_5519604_n.jpg

Le lesbianisme est la préférence d’une femme pour les femmes pour répondre aux aspirations psychologiques inconscientes et à son inconfort face à l’idée de partager son intimité avec le sexe opposé.

lesb11111111111111111.jpg


Certaines identités lesbiennes demeurent une construction difficile, car l’identité sexuelle lesbienne est fluide. Ce n’est pas rare que les rapports lesbiens soient une étape dans la vie d’une femme ( hétérosexuelle, puis lesbienne, puis hétéro) ou une expérimentation, ou un vrai attachement sous forme de bisexualité.

26611_112079188806108_100000120827805_264705_8254366_n.jpg

377303_111909055590730_100003149073278_63391_1154574166_a.jpg

343203967.jpg

Les Attitudes anti – masculines

 

6824_1253600095202_1085529560_831998_2233100_n.jpg

Quelques lesbiennes éprouvent des sensations négatives et des conflits intérieurs concernant les hommes. Cependant les études confirment que les relations difficiles ou la frustration des hommes ne sont pas à l’origine de l’homosexualité lesbienne, ils peuvent encourager une sexualité lesbienne déjà présente.

 

lesbooooooooooooo.jpg


Certaines lesbiennes hostiles au genre masculin (le sexe masculin dans son rôle social ) ont trouvé durant les années 60-80 dans le féminisme radical l’écho de leurs idées. Ce féminisme radical considérant les femmes comme compétentes et désirables, et les hommes comme inférieurs et inutiles était présent durant un moment historique où le mouvement lesbien a trouvé dans les mouvements de libération de la femme un allié. Cependant cette alliance hétérogène n’a pas duré. Le féminisme lesbien radical continue actuellement à être exprimé par les lesbiennes d’un certain âge mais minoritaires. Les jeunes lesbiennes ont tendance à adopter des attitudes moins radicales, et de vivre une sexualité plus festive et plus ouverte.

283581_113531682077804_100002629177133_86026_2643605_n.jpg

Du point de vue sexologique, il n’est pas rare de trouver chez les lesbiennes de longue durée une réelle aversion hétérosexuelle même sans les attitudes anti – masculinité. Dans ce cas, les relations de la lesbienne avec les hommes sont amicaux mais sans   désir sexuel.

377250_115559755225959_100003158049655_87229_785441921_n.jpg

sa-le-lesb.jpg 

546652_282583165166865_205729459518903_611555_829700250_n.jpg

Considérations psycho-médicales

376004_114489922001706_100003220972580_73436_1372374480_n.jpg

La consultation d’une patiente lesbienne pose des questions particulières au corps médical: les consultations pour dépression ou   anxiété peuvent avoir certaines particularités. L’anxiété de séparation peut être présente, faible   estime de soi, et relations abusives peuvent aggraver la dépression ou les plaintes psychosomatiques.

lesbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb.jpg

Concernant la psychothérapie, la relation thérapeutique entre thérapeute femme et patiente femme peut poser de sérieuses questions sur un éventuel transfert érotique exigeant le respect d’une distance nécessaire entre la patiente et la thérapeute. Cette question est largement débattue dans la littérature psychanalytique et les règles sont définies. L’idée que certaines lesbiennes fantasment sur les femmes médecins est anecdotique et ne mérite pas une attention particulière.

310446_126242130807592_100002654174960_142075_2116323_n.jpg

Le soutien moral est indispensable dans toute consultation médicale ou psychologique afin de lutter contre la dépression et contre l’anxiété qui sont fréquentes chez les lesbiennes.

lesb-marrakech.jpg

- Il est utile de rappeler que les facteurs de risque associés au style de vie lesbien sont plus nombreux que chez les homosexuels masculins. Dans une étude récente (Lindley, 2003) , portant sur 927 lesbiennes, homosexuelles et bisexuelles, le risque de suicide est de 62,1% chez les lesbiennes et de 58,2% chez les hommes homosexuels, alors qu'il n'est que de 29,2% chez les femmes et 28,8% chez les hommes hétérosexuels .

lycee-mohamed-v.jpg

jihanelotfi002.jpg

386360_140122392764534_100003003237142_168735_1872518444_n.jpg

Les études montrent aussi que les lesbiennes fument plus que la moyenne ; L’   abus de substance est plus fréquent que chez les homosexuels.

Les relations saines sont associées avec des niveaux de honte moins élevés, l’anxiété et les relations abusives et fusionnelles sont plus fréquentes dans les couples souffrant de cette honte.


ghita-berrada.jpg

La désapprobation de société, demeure la source possible de ces facteurs de risque, selon la plupart des études, les lesbiennes ont tendance à faire leur auto-révélation ( coming out ) plus tardivement que les homosexuels masculins. Elles souffrent des pressions sociétales, et se trouvent en cas de problème sans réel soutien.

391090_107136509402481_100003183968472_36764_1399569008_n.jpg

Réf :

·          Lindley L : Risk Factors Associated with Lesbianism May Be Higher than with Gay Men. The Advocate February 18, 2003.

·          Lynch JM : The identity transformation of biological parents in lesbian/gay stepfamilies. J Homosex , 2004, 47(2) p91-107

·          McDonald C, Anderson B : The view from somewhere: locating lesbian experience in women's health. Health Care Women Int, Sep-Oct 2003, 24(8) p697-711

389940_213672372047957_100002155879393_485085_442508691_n.jpg

·          Fish J, Wilkinson S : Understanding lesbians' healthcare behaviour: the case of breast self-examination. Soc Sci Med , Jan 2003, 56(2) p235-45

·          Schacht SP :Lesbian drag kings and the feminine embodiment of the masculine. J Homosex , 2002, 43(3-4) p75-98

·          Garofalo R, Katz E : Health care issues of gay and lesbian youth. Curr Opin Pediatr , Aug 2001, 13(4) p298-302

lesbolesboooooooooooooooooooooo.jpg

18132_1262241928436_1601355551_30671141_7911283_n.jpg

407080_283628905019105_100001159946773_756860_1322907023_n.jpg

 

      376584_269330726450644_226959410687776_834672_359313735_n.jpg

      Problèmes de couple lesbien

380073_107137062735759_100003183968472_36769_295052010_n.jpg

400378 113006685485186 100003275660873 60589 239363386 n (1

 

Les couples de même sexe un problème majeur : celui de modèle. Où trouve t on le modèle capable de montrer résilience, bonheur et longévité du couple ???. Les couples lesbiens ont une difficulté réelle pour trouver d'autres couples lesbiens, pour vivre dans une société et sortir de l’isolement. Les lesbiennes parlent de solitude et de pression sociale. Cette solitude fragilise les couples, laissant les deux partenaires face à leur problème.

391119_255081687888050_100001586610718_717288_320754884_n.jpg

309733_144107652356537_100002719089207_153706_215420643_n.jpg

imane-labtop.jpg

314927_102775379834483_100003060640470_21719_679128973_n.jpg

 

La pression sociale fragilise l’   estime de soi des lesbiennes, les font douter de la viabilité de leurs rapports. Elles se sentent coupables, inhibent leurs manifestations d'   affection et cela retentit sur leur intimité et sur leur sexualité

En dépit de ces nombreuses difficultés, les lesbiennes trouvent dans la majeure partie des cas les moyens de fonder un couple et de vivre des rapports affectueux et satisfaisants.

L’évolution de la société en général aide les couples lesbiens à sortir de leur invisibilité en dépit de l’   absenced’acceptation sociétale et de validation religieuse de ces couples. Certains auteurs décrivent “l’ambiguïté de l'engagement lesbien” où une partenaire n'est pas sûre de sa place dans le couple ou même dans la   relation. Ce modèle est répandu de plus en plus chez les hommes, hétérosexuels ou homosexuels. Les femmes ne sont pas épargnées.

389067 139945986113273 100002936162318 190446 111128808 n

Les lesbiennes sont obligées dans leur couple a créer un modèle, un modèle de négociation de pouvoir, communication, coopération, initiation à la sexualité, et   activité sexuelle. Une des deux partenaires devrait sortir de son rôle social de femme pour assurer les tâches indispensables. C’est un source de tension, de confusion, et menace pour le couple.

Si la fusion était le modèle dominant des couples féminins ( réponse défensive à l’hostilité ambiante) de nombreux couples lesbiens jugent le couple gai plus appréciable par sa liberté, et par son indépendance et son individuation.

leche-lesb.jpg

Les couples lesbiennes sont plus fusionnels que les couples hétérosexuels, mais il existe de plus en plus des couples capables de produire intimité, et indépendance (Marvin & Miller, 2000) comme on voit dans les couples hétérosexuels.

Tous les couples lesbiens ne souffrent de “mort au lit ”. Les femmes sont capables d'aimer de nombreuses façons et la sexualité n’est qu’une façon entre autre.

318330_169678713127976_100002575459151_303486_276904966_n.jpg

Les études (Nichols 1987, 1987b, 2000) affirment que les lesbiennes en développant des modèles sexuels opposés à leurs parents souffrent de trouble de plaisir sexuel. En valorisant un modèle sexuel égalitaire, les lesbiennes négligent les fantasmes féminins de domination, de soumission, ces fantasmes si fréquents chez les femmes.

250817_108226575935334_100002439767226_76995_2768512_n.jpg

La tension dans le couple est fréquente au début de la cohabitation ? Cette tension est sexuelle au début, traduction de conflit, lutte pour le pouvoir, et surtout la sortie de l’étape romantique de la relation. Les femmes n’acceptent pas de partager leur exclusivité sexuelle, cela est du sans doute à l’éducation des femmes. Les lesbiennes affrontent ce qu’on appelle les “années centrales” (une période où les partenaires doivent approfondir l'investissement) pour aller vers l’étape « longévité » ou les partenaires doivent créer quelque chose plus grand qu'elles-mêmes, négocier avec la vie, avec leur maternité. L’action d'éviter et tension peuvent perturber aussi la communication sexuelle.

281826_104419796322390_100002631102077_27117_7433913_n.jpg

biz-lesbbi-z-lesb.jpg

208215_101164273303771_100002305954020_6361_4855960_n.jpg

 images--1--copie-1.jpg

Couples des lesbiennes et entourage familial

soumaya-et-nabila.jpg

Dans les études, les lesbiennes réagissent d'une autoritaire et défensive quand il faut protéger leur couple ou leurs relations en face d'une hostilité parentale. Cette réaction est presque la règle mais elle est vécue d'une façon douloureuse car les lesbiennes se déclarent attachées réellement à leurs familles. Comparé aux gays, les femmes lesbiennes semblent recevoir plus de soutien familial que les hommes gays.

chaimae-doukali-001.jpg

Les lesbiennes racontent un phénomène complexe dans leurs relations parentales; elles décrivent une hostilité parentale répandue au moment de coming out ou de la présentation de leur partenaire mais elles déclarent que le soutien de leur famille était bénéfique pour leur couples ou pour leurs unions. En d'autres termes, le couple lesbien lutte réellement pour assurer son intégration dans le milieu familial et ne coupe pas les liens avec la famille facilement même si cette tentative d'intégration est douloureuse ou pénible. De retour, le couple lesbien est plus accepté par les parents que les couples gays selon les études.

392572_107228539391459_100003129393843_37518_1283094378_n.jpg


Le couple lesbien semble apprécier "la paix et l'harmonie". Les femmes dans ces couples semblent lutter pour préserver leur lien familial mais aussi leu lien de leur partenaire. Certaines lesbiennes décrivent une stratégie d'apaisement ; elles ne discutent pas leur sexualité avec leurs parents et dissimulent les commentaires parentaux négatifs à leur partenaire.

D'autre part, certaines femmes préfèrent ne pas commenter ou discuter les avis de leurs parents concernant l'homosexualité afin de ne pas déclencher l'hostilité. Une autre particulartié du couple lesbien est la participation de la partenaire. Des fois, les partenaires jouent un rôle important pour raccommoder les liens familiaux. C'est une particularité qui distingue le couple lesbien du couple gay.  L'encouragement de la partenaire semble avoir son importance dans les couples lesbiens.

lesb-hayatet-amaina-essaouira.jpg 

Références:

·          Nichols, M. (2002). Sex therapy with sexual minorities. In S. Leiblum & R. Rosen (Eds.) Principles and practices of sex therapy: third edition (pp.335-367) New York: Guilford Press

·          Schwartz, P. (1994). Love between equals. New York: Simon & Schuster.

·          Marvin, C., & Miller, D. (2000). Lesbian couples entering the 21st century. In P. Papp (Ed.), Couples on the fault line: New directions for therapists (pp. 257–283). New York: Guilford Press.

·          Klusmann, D. (2002). Sexual motivation and the duration of partnership. Archives of Sexual Behavior, 31, 275-287

·          D'Augelli, A. R., Hershberger, S. L., & Pilkington, N. W. (1998). Lesbian, gay and bisexual youth and their families: Disclosure of sexual orientation and its consequences. American Journal of Orthopsychiatry, 68, 361-371.

·          LaSala, M. C. (2001). The importance of partners to lesbians' intergenerational relationships. Social Work Research, 25, 27-35. Lee, E. (1996). Chinese families. In M. McGoldrick, J. Giordano, & J. K. Pearce (Eds.), Ethnicity and family therapy (2nd ed., pp. 249-267). New York: Guilford.

·          Merighi, J. R., & Grimes, M.D. (2000). Coming out to families in a multicultural context. Families in Society: The Journal of Contemporary Human Services, 81, 32-41.

lesb-agadir-001.jpg


391859_130777257035433_100003094792728_167651_1923002486_n.jpg

 

lallak-hanane.jpg

 

amal-amoula-001.jpg

 

299809_1762048745768_1675574381_1183743_1909626_n.jpg

 

267575_104751082956944_100002661583304_25797_5283525_n.jpg

 

255638_10150329480718504_667683503_10124335_1855793_n.jpg

 

313395_110695192371143_100002919897106_77326_1278165312_n.jpg

 

 lesb-hijab.jpg

 

fati-nana.jpg

      Rapports Lesbiens : particularités

377227_140153122758912_100002926763485_208799_955271299_n.jpg

Certaines études concernant les lesbiennes sont réalisées à l’origine pour étudier l’homosexualité masculine. Cette situation était la norme ; durant ces dix dernières années, il fallait admettre que cette sexualité lesbienne n’est une pas un copie féminine de l’homosexualité masculine mais une entité distincte.


La tendance actuelle est de distinguer les deux sexualités. S’il existe des points communs entre les gays et les lesbiennes, les particularités de chaque communauté sont nombreuses.

Le sexe et l'   attirance sexuelle ne sont pas des composantes clés dans les rapports lesbiens. Dans de nombreux couples, le rôle de la sexualité est mineur et parfois inexistant remplacé par l’   affection et par un fort attachement. Dans les couples ou la sexualité est une composante importante, des lesbiennes cherchent dans l’   activité sexuelle l'intimité émotionnelle et psychologique plus que la sexualité elle même.

biz-lesbbbbbbbbbb.jpg

Dans les rapports lesbiens, l'attachement émotionnel joue un rôle plus important que l'attirance sexuelle. Il est possible de trouver des rapports lesbiens purement sexuels caractérisés par la séduction, passage rapide de la proximité à l’intimité ( nomadisme sexuel) mais les rapports fondés sur l’attachement et sur des promesses de projets de vie demeurent majoritaires.

Les rapports lesbiens ont un fort contenu d’attachement. Les plaintes psychologiques des lesbiennes indiquent certains points faibles de cette forme d’attachement, des points fragilisés par la peur ou l’   anxiété. Les problèmes émotionnels (problème de cœur) sont périodiques, fréquents, et d’une intensité marquée en rapport avec une éventuelle ambiguïté identitaire des partenaires.

lesblesb001.jpg

388309_131392040308363_100003127040978_147702_274323189_n.jpg

Les thèmes d’anxiété les plus fréquents sont :

·          - La peur des conflits,

·          - La peur d’   abandon,

·          - Le pouvoir dans le couple,

·          - Le désir d’une   relation fusionnelle pouvant fournir ce sentiment de sécurité qui demeure problématique dans certains couples lesbiens.

Les rapports lesbiens s’appuient sur l’exclusivité sociale. Il est fréquent que le couple lesbien dès sa formation tente de  réduire le contact avec les autres membres de la famille et avec les amis antérieurs. Ce retrait graduel a pour but de renforcer le contrôle, et de protéger la relation, mais laisse les deux partenaires seules et sans soutien. Cette fragilité de l’attachement, cet isolement social favorise l’anxiété de séparation.

Les couples lesbiens ont une durée de vie plus longue que les couples homosexuels masculins, ont tendance à être riches d’intensité émotionnelle et de jalousie encouragée par l’exclusivité sociale et sexuelle. Des comportements abusifs et des manipulations existent dans certains couples ( de même proportion que les couples hétérosexuels).

zineb-idrisssi.jpg 

Ces couples sont basés sur une intensité relationnelle aussi, de sommet de bonne attente à des crises majeures. En vérité, l’attachement dans de nombreux couples lesbiens est une dépendance affective émotionnelle, relationnelle, financière, et un sur-investissement permanent . Ce n'est pas rare d’entendre une lesbienne dire « sans elle je ne peux pas vivre » ou « elle est tout pour moi » ou " je ne sais pas comment vivre sans elle. Avant elle, j' étais sans vie. Maintenant elle est ma vie ".

387595_105117516268074_100003094792728_49537_1242124142_n.jpg

- L’investissement émotionnel dans les rapports lesbiens est exigeant, prenant parfois les habits d’une relation de substitution comme dans les autres couples, homosexuels ou hétérosexuels mais avec plus d’acuité. Certains rapports répondent au besoin d’un amour maternel ( voulez vous devenir ma maman? ) ou d’une consolation après un échec amoureux ( consolez moi du monde) ou d’une peur sociale. Cette situation n’est pas rare. L’anxiété exprimée par cette recherche d’amour et de soutien rend la séparation pénible et douloureuse. La dépression demeure une maladie fréquente chez les lesbienne.

182685_200345293315081_100000188351455_845570_7656406_n.jpg

Dans l‘étude de Wells (J Homosex 2003;45:93-110) la honte intériorisée fait partie de l'identité lesbienne et a influencé les styles d'attachement. Sur 317 lesbiennes, une majorité de ces femmes a rapporté ce sentiment de honte intériorisée. Les relations solides et saines ont été associées avec les niveaux de honte les moins élevés, l’anxiété et les relations abusives et fusionnelles sont plus fréquentes dans les couples souffrant de cette honte.

En d’autres termes, ces relations de dépendance affective sont fréquentes dans les couples lesbiens, mais aussi dans les couples non reconnus par la société. On peut les observer dans les relations extraconjugales, dans les couples hétérosexuels avec importante différence d’âge, certains mariages mixtes. L’harcèlement de la société peut transformer ces couples en citadelle assiégée.

lesbbbbbbbbbbbbb

Réf :

Fish J, Wilkinson S : Understanding lesbians' healthcare behaviour: the case of breast self-examination. Soc Sci Med , Jan 2003, 56(2) p235-45

Schacht SP :Lesbian drag kings and the feminine embodiment of the masculine. J Homosex , 2002, 43(3-4) p75-98

Garofalo R, Katz E : Health care issues of gay and lesbian youth. Curr Opin Pediatr , Aug 2001, 13(4) p298-302

Aaron DJ, Markovic N, Danielson ME, et al. :Behavioral risk factors for disease and preventive health practices among lesbians. Am J Public Health , Jun 2001, 91(6) p972-5

Wells GB, Hansen ND : Lesbian shame: its relationship to identity integration and attachment. J Homosex , 2003, 45(1) p93-110

lesb-pc.jpg

amal casawiya

380518_143504705763842_100003129393843_177080_1045315098_n.jpg

 

 

 lycee-descaretes.jpg

 

25362_106160206070469_100000294709596_139888_632319_n.jpg

 

253848_10150329480928504_667683503_10124341_6604610_n.jpg

 

lesblesblesblesblesb.JPG

399776_142865822493665_100003107445638_181979_1090176242_n.jpg

23489_109683085711128_100000083124902_250286_61555-copie-1.jpg

 

 

390901_106591886120882_100003102137069_46586_87488033_n.jpg

 

320440_111380192300088_100002843228088_61106_1938705575_n.jpg

 

 

370682_100003109650822_458098539_n.jpg

300982_105768816203730_100003118370514_44759_2128909249_n.jpg

 

6055_1138779545200_1098746080_30467739_331035_n.jpg

 

souimaya-kinadii.jpg

 

lesb-berrada.jpg

 249113_217115578308070_100000288892194_832054_367609_n.jpg

291917_124707354298440_100002775284311_84484_1614010378_n.jpg

 296212_100520770059098_100003035252528_2509_1165547415_n.jpg

nissrrine-001001.jpg

 311988_105651996209816_100002950491674_42790_1488704224_n.jpg

384946_104079303044128_100003261758058_18170_240958635_n.jpg

384860_107448006040591_100003261758058_34890_185852200_n.jpg

images--2--copie-1.jpg 

296408_110039679106390_100003010744059_75963_1522748569_n.jpg

lesbianisme-en-classe.jpg

183847_10150146263953619_511438618_7993025_5320583_n.jpg

lesb002002.jpg

lesbiennecasa001.jpg

5655_100959033252558_100000153858213_24205_7519749_n.jpg

6055_1138779665203_1098746080_30467742_5558208_n.jpg

39982_148490498501659_100000221286605_478566_4650197_n.jpg

69819_166883529995689_100000221286605_605414_7847354_n.jpg

254801_233082863375755_100000221286605_1152050_4547447_n.jpg

263037_102718663158816_100002620477057_13425_235255_n.jpg

284036_110499795714878_100002645735858_63246_5164865_n.jpg

260871_100000108028817_282144_n.jpg

297420_141393835957385_100002603081938_195862_324380274_n.jpg

 

hayat-fatma-mrkch.jpg

 

 

248798_101390709954637_100002511244131_8104_1990703_n.jpg

 39046_102506513140623_100001438241036_17544_724400-copie-1.jpg

 

69384_1315762713071_1800830717_627080_418662_n.jpg

296698_103295519773438_100002789709757_19883_1156562_n.jpg

 

296756 106925392753219 100003072764948 54208 232601353 n

 

312714_107498286029263_100003072764948_59081_1677499013_n.jpg

 291940_1872465506288_1680668685_1380946_598620404_n.jpg

ilhamnacirirabat002.jpg

 

230138_217115418308086_100000288892194_832051_6745410_n.jpg

sara-bnou-lyasmine-001lesb.jpg

284904_106539259444543_100002654087799_39630_3000526_n.jpg

24963_101461823230768_100001008520528_9308_2363091_n.jpg

rajawiya.jpg

 

lesb-rabat.jpg

27066_101010076602242_100000797513904_28140_7897547_n.jpg

 

375287_105053699611452_100003204672254_26157_1311040194_n.jpg

374053_112057492241401_100003114515770_90330_1487174107_n.jpg

 321155_102756459840034_100003170406348_13435_685339339_n.jpg

La suite - bientot 

 

 

 

cogito AZEDDINE

cogitophilos@hotmail.com


Publié dans Déviations Sexuelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article