Peut_on vivre sans Facebook ??!!

Publié le par cogito AZEDDINE

 

Peut on vivre sans Facebook ? 

 


 facebookkkkkkkkkkkkk

 Facebook.jpg

 

 

 

Violation de nos vies privées


 

fb-001.jpg

 

 


Facebook, Plus de 900 millions d’utilisateurs actifs dans le monde entier ..dont plus delamoitie se connectent une fois par jour/ nuit ... Seulement 59millions d’utilisateurs ont prit la peine de lire les conditions d’utilisation. De tous les âges et des quatre coins du monde, ils se pressent sur ce réseau prétendu « social ». En voilà un paradoxe, depuis quand rester devant son ordinateur peut être considéré comme sociabilisant ?

 

Depuis quelques temps une minorité a pris son courage à deux mains pour faire une croix sur le phénomène de la non-vie. Has been ? Paumés ? Insociables ? Non. Simplement des personnes bien moins inconscientes que ces milliers d’utilisateurs qui se pressent de confesser leur intimité sur un réseau sans scrupules.. un nid d'espions ..de déviants sexuels..

 

Chaque compte Facebook  constitue un réel casier judiciaire qui peut porter à l’avenir préjudice pour l’utilisateur. Il faut savoir que tout ce que l’on publie sur ce réseau appartient à l’empire de Facebook qui appartient à la CIA et le MOSSAD SIONISTE ISRAÉLIEN.. N’importe qui peut se servir des informations personnelles d’un utilisateur contre son gré et à son insu. Derrière les grandes phrases « charte de confidentialité » et compagnie se cache en réalité un flicage permanent, une collecte d’information afin de former le dossier le plus complet pour chacun d’entre nous. Nous devenons des dossiers, des fiches où apparaissent nos goûts, nos fréquentations, nos habitudes. C’est un phénomène déshumanise chacun d'entre nous mais de façon presque invisible.

 

 Aujourd’hui, Facebook est le meilleur ami des patrons, des grandes écoles pour savoir à qui ils ont affaire. Tout est conservé, vos fantasmes, vos rêves, vos activités, vos états d’âmes et ce dossier conservé dans les archives est, sachez-le, commercialisable. Ces dossiers sont vendu aux 

gouvernements des pays despotiques

 ( les monarchies des pays de golfe et autres pays arabes  ....) 


 

 

Absurdité du réseau

 

vie-privee-262471-jpg_200856.JPG

 

 

.... la jeunesse crie: «N'admettez plus d'être, immatriculés, fichés, opprimés, réquisitionnés, prêchés, recensés, traqués». Désormais elle s’immatricule sans pudeur, sans se douter de la perversité du réseau numéro 1 mondial. C’est l’homme moderne, il s’exhibe avec une pointe de narcissisme et d’égocentrisme.

 

 C’est avidement que l’utilisateur mène sa quête « d’amis » et c’est alors que fusent les retrouvailles infécondes. Des personnes à qui on adresse la parole 3 fois avant d’oublier leur nom. Plus tard, quand nos enfants demanderont « combien as tu d’amis ? » Il sera simple de répondre « 429 a ce jour, 5 en cours & 6 demandes ».  Pourquoi consacrer du temps à des individus sur la toile si, ne ressentant pas le désir de les côtoyer réellement, ils ne peuvent, par définition être nos amis ?

 

Avec Facebook, finie l'insoutenable quête d'identité! Nos amis se chargent de nous donner une véritable essence et de nous permettre enfin de nous ranger dans des cases. Portraits chinois, petites questions entre amis, autant d'applications qui nous permettent de nous figer ontologiquement. Et au bout de 7 mois de Facebook, on peux clairement affirmer que l’on est : une carotte qui donne bonne mine, une gracieuse gazelle, un rap révolutionnaire, un joueur de pétanque, une femme fatale avide de gloire, un yeti et la position accroupie. Un contenu avouez-le totalement absurde.

 

Nous sommes toujours aussi ravis de savoir ce que nos 500 amis ont fait aujourd’hui, « X s’est levé à 7h15 XD » ou « Y , a mangé 4 pizza mdr elle a tro mal o bide » ou encore « Z , a passé un troooo bon aprem avec sa bestounette ». Tant de choses intéressantes ma foi. Jetez un coup d’œil sur yourOpenBook.org histoire de prendre conscience de l’ampleur des choses et de leur absurdité.

 

Grâce à l'existence des groupes, on peut s'engager franchement. Passez donc vous inscrire sur le groupe «pour la régularisation des sans papiers» entre «ceux qui voudraient étrangler leur banquier» et «ceux qui ont déjà couché avec un de leur contact Facebook». Pas un copeck à cracher, aucun déplacement à effectuer, aucun clochard à côtoyer...Vive le cyber-engagement !

 

J’ai souvent demandé aux personnes utilisant Facebook quelles étaient leurs principales motivations. Les réponses convergent : retrouver  de vieux amis, partager mes photos, savoir qui  est avec qui. Ne pensez vous pas qu’il est plus agréable de croiser une vieille connaissance au hasard d’une rue ? Regarder ses albums photos entre amis allongés dans un champ ? Se raconter les derniers potins autour d’un café  ?

 

Tout simplement prendre le temps de vivre réellement. Parler à vive voix, pouvoir avoir quelqu’un en chair en face de sois.

 

De plus, sachez que la vraie vie réserve bien de mauvaises surprises. La disparition d’un proche par exemple. L’apprendre face à un écran est bien la pire chose qu’il puisse arriver. Des larmes, mais personne autour de sois. Juste des petits pixels pour se consoler. Quand la personne meurt le profil demeure. Le deuil en est d’autant plus difficile. 

Mais chaque individu survivra t-il à la mort de son profil ?

  

Une drogue comme une autre et peut être la pire

 

facebook-drogue.jpg

 

 

Arrêter Facebook c'est aussi dur qu'arrêter de fumer. A chaque connexion, c'est dans une sphère que l'on s'enferme. Toutes les discutions dans les cours de récrés tournent autour du réseau. Y'à plus de vie dans les discours. Y'à plus que du pixel, du virtuel. Quand t'as prit ta dose de Facebook, plus de trac, tu balance tout à tort et travers sans complexe derrière ton écran. 

 

Pourquoi serait-ce la pire drogue au monde ? Tout simplement parce qu’elle atteint directement notre vie réelle en général. Elle estompe la frontière entre réel et virtuel et là se trouve le vrai danger.

 

Il est fini le temps charmant de la carte postale, du coup de téléphone pour prendre des nouvelles, de la lettre d’amour. Désormais c’est de la relation satellite et du voyeurisme. Fini les petits secrets qu’on attendait des heures avant de se raconter. Et puis sachez qu’il est très facile de garder contact avec des personnes et de discuter avec elles sans étaler sa conversation au milieu ses 400 amis. Simplement, sans Facebook vous faites le tri entre ceux qui comptent réellement et ce qui ne comptent pas.

 

 

Pour conclure…

 

fb003


  

Pour répondre à la question "Peut on vivre sans Facebook ? " La réponse est oui. On se demande "qu'est ce qu'on faisait sans Facebook ?" La réponse est simple, on prenait le temps, on se promenait dehors, au bord de lamer ...on dessinait.. on lisait .. on écrivait .. on  jouait de la musique.. on écoutait de la musique qui pense.. on regardait un bon film ...on sortait rencontrer des inconnus au coin d'un parc, etc.. 

Nous sommes ici là pour faire passer un message, provoquer chez les gens un acquis de conscience. ..  décrochez vous  de ce réseau... supprimez  vos comptes.... Il n’y à pas de courage à avoir. Tout ça c’est rien. Les souvenirs sont dans la tête et le cœur. 

Cessons d’user nos claviers dans l’unique but d’avoir l’illusion de faire parti d’une société, d’avoir l’illusion de s’engager, d'avoir l'illusion de créer des liens. 

Y'à pas d'humanité dans tout ça.

 

 Réfléchissez y. 

 

Facebook.jpg



 

 

La suite / le développement - bientôt 

cogito AZEDDINE

cogitophilos@hotmail.com


Publié dans facebook et espionnage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article