Voilée dévoilée : Quand le voile se sexualise .. et.. se prostitue ....!!!!

Publié le par cogito AZEDDINE

 

Voilée dévoilée :
Quand le voile se sexualise ..
et..
se  prostitue....!!!!

mohtajibat-pute-copie-1.jpg

cogito AZEDDINE

cogitophilos@hotmail.com

xxxvoile.JPG

Ce n'est pas facile d’obéir à la fois à Dieu et plaire aux aux hommes....
 
Il y a toujours une façon de contourner l'interdit religieux !!!! 


les femmes en savent plus que le satin ...!!!!!‏


527290_394303707269919_194427964_n.jpg

Plus érotique que le nu, la transparence crée l’ambiguïté et le fantasme. Sophie Bramly, notre experte sexo, décrypte les jeux de cache-cache qui subliment les lignes de nos corps.
429597_10150526525334702_155519742_n.jpg


L’érotisme, « procédé de mutation du désir brut en excitation intelligente » (Jacques Waynberg), se complaît dans cette nudité capricieuse. Qu’elle soit vêtement-rempart (le caoutchouc, le latex, le cuir, le vinyle) ou sa propre négation éloquente (la transparence), la matière affirme l’attraction du corps et de ses lignes. Seuls les vêtements informes (le lâche) contredisent le désir et occultent le corps. Entre honte et secret, le corps caché rappelle la housse zippée qui contiendra plus tard la mort. Le corps-tombeau s’efface alors socialement. Dans l’ordre public, il n’est pas du domaine du consommable. On le retire de la séduction. Parer la nudité sans contrarier les lignes, c’est au contraire apposer la feuille de cigarette du désir : « Et elle releva sa robe plus haut que le bas : la jambe, les jarretières fleuries, les bas, le linge, tout était luxueux ; de son doigt elle désignait la chair nue » (Georges Bataille). Qu’il ait la transparence du voile ou l’opacité du vinyle, le tissu est interstice, trouble entre le voir et le toucher. Éloge de la transparence chez Houellebecq : « Une fois mouillé, le maillot de Babette était en effet spectaculaire : on distinguait parfaitement les mamelons et la raie des fesses ; on apercevait même la légère surépaisseur des poils pubiens, bien qu’elle ait opté pour une coupe assez courte. » Dans ce jeu où les frontières s’estompent, l’autre entre dans la scénarisation du fantasme. Voiles et matières sacralisent le corps et soulignent les tracés. Quand les Christo enveloppent le Pont-Neuf ou le Reichstag, ils ne les font pas disparaître. Ils en accusent et en révèlent les traits, redistribuent les angles par l’orientation du voir. Écho lointain des Amoureux de Magritte, où les têtes drapées 
éclipsent le seul véritable insolent :
l’œil.

hijab-006.jpg


*************************************

voile.jpg

Le Coran demande de voiler la tête ou le sexe ?

1259733.jpg


On observe dans la société musulmane différentes manières de voiler les femmes, chaque groupe prétendant obéir à des injonctions divines, notamment le verset 24:31,  
 
<< Dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur sexe, de ne faire apparaître de leur ornement que ce qui est apparent et de rabattre leurs voiles sur leurs fentes (24:31).
424605_438810202824389_2111012840_n.jpg
J’ai utilisé dans cette traduction le terme "fentes" pour rendre le mot arabe juyub. D’autres traducteurs traduisent ce terme par poitrine (Hamidullah, Abdelaziz et Chiadmi), échancrures (Berque), gorges (Blachère), seins (Kasimirski). Le terme juyub est utilisé par le Coran au singulier (jayb) à propos de Moïse (27:12 ; 28:32) dans le sens de la fente de la chemise, et dans une variante du verset 66:12 dans le sens de la fente du corps de la femme, comme synonyme de sexe. D’où ma traduction. Ce verset est à rattacher probablement à une pratique arabe préislamique de tourner nu autour de la Pierre noire, voire de frotter les organes génitaux contre cette pierre ; il demande aux femmes qui participaient au pèlerinage de couvrir le sexe, et non pas la tête, le visage ou la poitrine.
28859_103215589722965_100001035737440_29963_1113093_n.jpg
 
La volonté affichée par les fondamentalistes à faire du voile sous ses différentes formes une arme pour protéger les femmes ou les hommes de la tentation se heurte au Coran qui invite les humains à jouir des bonnes choses que Dieu a créées, sans pour autant transgresser : "Ô vous qui avez cru ! N’interdisez pas les bonnes [choses] que Dieu vous a permises, et ne transgressez pas. Dieu n’aime pas les transgresseurs !" (5:87) ; "Dis : Qui a interdit l’ornement de Dieu, qu’il a fait sortir pour ses serviteurs, ainsi que les bonnes [choses] parmi [ses] attributions ? Dis : ils sont à ceux qui ont cru, dans la vie ici-bas, voués [seulement à eux] au jour de la résurrection (7:32). Un récit de Mahomet affirme : "Dieu est beau et aime la beauté". Il ne viendrait à l’idée de personne de voiler une belle fleur par peur de la cueillir. On peut se demander ici pourquoi faut-il voiler les femmes, et non pas les hommes, alors que les deux peuvent susciter une tentation !
580079_438809292824480_354054201_n.jpg
 
Le port de la burqa ou du voile intégral dans certains pays musulmans soulève un débat dans les pays occidentaux qui tentent de l’interdire en invoquant le principe de l’égalité des sexes. Sans entrer dans le débat religieux, un tel vêtement pose un problème d’identification, notamment pour des raisons de sécurité. N’importe qui, quel que soit son sexe ou sa religion, pourrait y recourir pour commettre des délits. Il est par conséquent à interdire comme on interdit la cagoule.
hijab-005.jpg



la suite - bientot 

cogito AZEDDINE

cogitophilos@hotmail.com
531341_388781794488777_179830704_n.jpg

Publié dans Sexualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article